Bridor : une success-story à la française depuis 30 ans

Né en 1988, Bridor s’est imposé en trois décennies comme le premier fabricant de pains et viennoiseries à destination des hôtels et des restaurants dans le monde entier. Cette filiale détenue par le Groupe Le Duff a célébré ses 30 ans en grandes pompes en présence du ministre Jean-Yves Le Drian.  


« On n’a rien changé. Nous sommes artisans dans le produit, industriels dans la gestion », a martelé Louis Le Duff, le patron breton du groupe éponyme, qui fêtait en grandes pompes les 30 ans de sa filiale Bridor sur deux jours dans son usine à Servon-sur-Vilaine (35). D’abord en présence de 500 invités – les officiels, les partenaires, les journalistes et le ministre Jean-Yves Le Drian, breton lui aussi, venu « en ami » ; puis le lendemain, accompagné de ses équipes et leur famille. Lancée en 1988 pour servir les boutiques Brioche Dorée, puis la Brittany Ferries ou encore le groupe Accor, l’entreprise a su très vite partir à la conquête du monde, notamment aux côtés de Gaston Lenôtre et Daniel Menez dès 1997 au Japon, avant d’essaimer sur tous les continents. Présente dans 100 pays, elle y réalise près de 70 % de son activité pour un chiffre d’affaires global de 750 millions d’euros. Le cap du milliard sera franchi en 2021. « Votre succès, Louis Le Duff, repose sur 3 ingrédients : l’ancrage dans les territoires, l’exportation qui est au cœur de la culture Bridor et le collectif humain que vous avez su déployer en fertilisant les compétences », a indiqué Jean-Yves Le Drian.

Combiner la main de l’artisan avec la production à grande échelle

En trois décennies, Bridor est devenu le leader mondial de la fabrication de viennoiseries et pains à la française avec 10 sites de production dont 4 en France. Lancé à Servon-sur-Vilaine, dans un atelier de tout juste 400 m² à quelques pas du site actuel (puis à Louverné, près de Laval (53), en 2014), la firme a investi plus de 500 millions d’euros en dix ans. Cet anniversaire a aussi été l’occasion d’inaugurer ses 75 000 m² de stockage automatisé à côté de l’usine actuelle. « Un outil à la pointe du progrès », précise le directeur général Philippe Morin, qui sera certainement suivi d’un nouveau site d’ici les trois ans, probablement dans le Grand-Ouest. « Aujourd’hui, notre réussite est le résultat conjugué des talents des chefs pour 1/3 et des nouvelles technologies pour les deux autres 1/3. Nous développons notre industrie avec une réflexion artisanale », ajoute le bouillonnant patron Louis Le Duff. « Ces chefs », ce sont les MOF avec lesquels il collabore depuis 2010 pour assurer l’excellence. « Il n’y a de valeur que l’homme », reconnait t-il. Bridor n’a de cesse aussi de participer à l’évolution de la profession, à travers les événements et concours dédiés à la cuisine et au service en salle. Depuis l’arrivée du directeur marketing Pascal Schneider-Maunoury en février 2015, l’entreprise s’attache à apporter des solutions aux professionnels de salle sur le pain, l’un des produits les plus utilisés au restaurant.


Le film des 30 ans de Bridor :


Bridor, en chiffres (2018) :

  • 750 millions d’€ de CA prévu
  • 20% de croissance annuelle (moyenne depuis 10 ans) avec un objectif de dépasser le milliard d’€ de CA à l’horizon 2021
  • 10 sites de production dans le monde : 4 en France (Rennes, Laval, Valence et FBS Paris), 2 au Canada (Québec), 1 aux USA (Philadelphie), 1 en Chine (Pékin), 1 au Royaume-Uni (FBS Londres) et 1 en Argentine (Buenos Aires)
  • 2 500 collaborateurs dont 300 commerciaux pour livrer près de 100 pays
  • 200 recrutements par an dans le monde
  • 30 alternants et apprentis formés par an
  • 4 milliards d’unités de produits commercialisés, soit l’équivalent de 30 000 camions
  • Plus de 500 millions d’€ d’investissement sur nos sites de production en 10 ans (2010-2020)

@Olivier Boucherat | Fotagora