Fouquet’s Paris : la vente aux enchères atteint 58 621 €

Le Fouquet’s Paris s’est séparé de l’ensemble de son service à table en porcelaine blanche à filet rouge chiffrées F’s.

« Tableaux anciens, mobilier et objets d’art Fouquet’s : Souvenirs des années passées ». C’est le nom de la vente aux enchères du Fouquet’s Paris qui s’est tenue le 23 mai sous le marteau de la Maison Cornette de Saint Cyr à Paris (VIIIe). 324 lots de la célèbre table parisienne, du mobilier à la vaisselle de table, en passant par l’argenterie aux toiles de l’époque Empire, a atteint 58 621 €. Au total, 97 % de ces lots passés sous le marteau du commissaire-priseur Bertrand Cornette de Saint Cyr ont été vendus. Le plus prisé ? La coiffeuse de forme rectangulaire en acajou et placage d’acajou, adjugée à 27 000 € (estimée entre 3 à 5 000 €). Parmi les autres ventes : une paire de vases de Sèvres, marqués et datés de 1855, à 19 320 €, une table à trancher à 5 152 € ou encore l’ensemble du service de table en porcelaine chiffré F’s réparti en plusieurs lots de 200 à 2 000 €. Cette vente aux enchères fait écho à la fermeture historique de l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris le 27 février dernier pour lancer son programme de rénovation. Il rouvrira le 1er juillet, suivi de la brasserie le 10 juillet. D’autres adresses parisiennes se sont séparés de leurs pièces emblématiques pour rajeunir leur image, comme Le Crillon, en 2013, qui avait vendu quelque 3 500 pièces (total : 6 millions d’€) avant de gros travaux pour le métamorphoser en un palace dont l’ouverture est fixée le 5 juillet prochain. La Tour d’Argent, aussi, en 2016, avait vendu 3 000 pièces pour plus de 700 000 €.

 

Sur le même sujet :

Louis Privat (Grands Buffets de Narbonne) : « J’avais pris la décision coûte que coûte d’acquérir la presse à canard de La Tour d’Argent »