Les permittents de la restauration déclenchent la sonnette d’alarme !

La crise Covid-19 impacte lourdement tous les acteurs des CHR, y compris les contrats courts – liés à l’évènementiel ou aux activités saisonnières ! Sans réponse de l’État suite à leurs demandes, les permittents de la restauration montent au créneau. Ce 20 mai, ils s’associent aux autres corporations pour faire entendre leur voix avec un courrier adressé au Gouvernement.


Tout a commencé le 6 avril dernier sur les réseaux sociaux, le groupe Facebook « Collectif des permittents de la restauration », qui rassemble des travailleurs sous contrats journaliers, communément appelés CDD d’usage, a été créé pour appeler à la mise en place de mesures d’urgence (comme le renouvellement des droits pendant la période de confinement, l’annulation et le retrait de la nouvelle réforme de l’assurance chômage). En parallèle, une pétition a été lancée, adressée à Muriel Pénicaud, Ministre du travail, suivie d’une vidéo intitulée « Luttons Pour ne Pas Mourir » affichant en quelques semaines près de 40 000 vues. En France, 220 0000 personnes sont concernées par les contrats courts, tous secteurs d’activités confondues. « Avec le premier volet de la nouvelle réforme du chômage passée en novembre dernier, nous nous retrouvons sans indemnité assedic, ni ASS, et le RSA, pour certains seulement, des milliers de foyers en détresse, et au 1er septembre, la loi sera complétée par d’autres mesures, qui plongeront les acteurs indispensables au marché économique, culturel et touristique de notre pays », précise Xavier Chergui, maître d’hôtel vacataire depuis 10 ans. Pour se faire entendre plus largement, le CPHRE (Collectif de Précaires de l’Hôtellerie, Restauration, Evénementiel) s’unit avec l’UNEDIC et adresse une lettre ouverte au Gouvernement (lire ici). Un ultime cri d’alarme pour interpeller l’État et tenter de sauver leurs statuts…


Infos pratiques :

CPHR
FB : https://www.facebook.com/groups/560713117910064/?ref=group_header
mail : cphr2020@hotmail.com

Manifeste CPHRE / Lettre ouverte au Gouvernement