Louis Privat (Grands Buffets de Narbonne) : « J’avais pris la décision coûte que coûte d’acquérir la presse à canard de La Tour d’Argent »

Louis Privat
Louis Privat : “Cette presse vient trouver une seconde vie aux Grands Buffets de Narbonne”.

Le sujet a fait polémique. Mais la presse à canard de La Tour d’Argent, vendue aux enchères chez Artcurial, reste bel et bien en France, et plus précisément à Narbonne (11). « Cela fait très longtemps que je cherchais une presse à canard, indique l’heureux acquéreur, Louis Privat, fondateur des Grands Buffets de Narbonne. Quand j’ai entendu parler de cette vente, j’y ai vu une opportunité incroyable. Il s’agit d’un objet historique émanant d’un restaurant emblématique. J’avais pris la décision coûte que coûte de l’acquérir. Il faut noter qu’elle a été payée 10 fois le prix moyen. J’étais un peu plus fou que les autres acquéreurs ! » Louis Privat ne souhaite pas en faire un objet de décoration en salle. Il l’utilisera. « Bien entendu, nous allons proposer la recette du canard dans le cérémonial le plus classique qu’il soit en salle, au guéridon. Cette presse vient trouver une seconde vie aux Grands Buffets de Narbonne », promet-il. Le canard, produit emblématique du Sud de la France, est déjà très présent sur la carte. Le canard au sang viendra donc compléter la diversité des préparations. Quant à La Tour d’Argent, elle s’est séparée de sa pièce la plus ancienne, mais garde en ses lieux 5 presses à canard. L’emblématique recette du canard au sang va donc perdurer au Quai de la Tournelle…

Sur le même sujet :

La presse à canard de la Tour d’Argent adjugée 40 200 € !