Mougins 2016 : Les arts de la table avaient une place à part entière à ce rendez-vous azuréen gourmand !

Arts de la table2
L’espace arts de la table, organisé par La Fondation Paul Bocuse, a rassemblé plusieurs professionnels de la salle (dont le MOF Thierry Desmolliens, le parrain 2016, au centre) et des jeunes en formation.

Depuis 11 ans, le Festival des étoiles de Mougins, qui se déroule dans le village éponyme des Alpes-Maritimes, valorise la diversité de la cuisine et de ses chefs. L’an dernier, les arts de la table avaient réussi à s’infiltrer à ce rendez-vous gourmand réunissant près de 35 000 visiteurs sur 2 jours. Une première. En 2016 (nouvelle édition sur 3 jours), même combat. Du 10 au 12 juin, les métiers de service étaient également à Mougins, mais cette fois sur la place centrale avec un espace largement plus grand (un stand de 10 mètres). La Fondation Paul Bocuse, emmenée par la chef de projets Laetitia Gouttenoire et l’ambassadeur des arts de la table Emmanuel Fournis, a calé un programme sur-mesure autour de quatre espaces. Les trois premiers, qui portaient les noms de 3 directeurs de restaurant – François Pipala (Auberge du pont de Collonges, Collonges), Michel Lang (Louis XV, Monaco), Yannick Thomas (Restaurant Paloma, Mougins) -, ont chacun mis à l’honneur les découpes (gambas flambées, découpe d’un jambon de Bayonne…), la gestuelle en salle (le port d’un plateau, le pliage de serviette…) et le savoir-faire du métier (les règles de service, le service du fromage…). Quant au dernier atelier intitulé « Découverte », il mettait à l’honneur les produits : le rituel du thé, le cocktail dans tous ses états, le service du café, le chocolat et sa dégustation… Thierry Demolliens, MOF maître d’hôtel, directeur de salle à Terre Blanche Hotel Spa à Tourettes (83), parrainait cet espace. Des jeunes de la Fondation Paul Bocuse ont donné de leur personne tout au long de ses trois jours pour mettre en relief la richesse des métiers de service (restaurant, bar ou sommellerie). Quant aux visiteurs, ils ont également pu s’informer (« Quel vin pour quel fromage ? », « Faut-il privilégier un décantage ou un carafage ? »), voire même participer aux ateliers.