Qui sont les 2 lauréats de la coupe Georges Baptiste 2017 ?

La finale nationale de la coupe Georges Baptiste s’est tenue le 21 mars au lycée hôtelier de la Rochelle (17). Comme chaque année, les 25 élèves et les 9 professionnels se sont exprimés face à un panel de jurés et sous l’œil attentif du parrain 2017, David Sinapian. Cyrille Jeannes, proviseur et Isabelle Frèchède, professeur et correspondante régionale, ont tout mis en œuvre pour « une organisation réussie », selon les termes du président Franck Languille. Portraits des deux vainqueurs.


Charlotte Cooke, David Sinapian, Nathanaël Haury et Franck Languille.

Charlotte Cooke, catégorie élèves : « Je ne parlais pas français il y a 3 ans et demi »

Charlotte Cooke et son professeur monsieur Lejeune.

À l’annonce des résultats, le public s’est levé pour applaudir la lauréate, Charlotte Cooke. Et pour cause. Si elle s’est démarquée pour ses connaissances et sa maturité professionnelles, la victoire de cette jeune femme de 19 ans, arrivée en France fin 2013, force le respect. « Je ne parlais pas français il y a 3 ans et demi. Pas un mot. J’ai toujours grandi à Stratford-upon-Avon, en Angleterre. Nous avons déménagé avec ma mère dans l’Ariège. J’ai donc appris à parler et à comprendre la langue à l’école. Après une année au collège, j’ai débuté ma première année de baccalauréat professionnel commercialisation et service en restauration au lycée François Camel à Saint-Giron (09), puis ma seconde au  lycée Bourquin d’Argelès-sur-Mer (66) », indique celle qui fait aussi des extras en salle au Casino de Port-la-Nouvelle (11), tous les week-ends. Charlotte Cooke avait terminé deuxième en régional du Languedoc-Roussillon, et a ainsi devancé  Joël Banzato, élève de Sud Formation à Montpellier (34), en finale. C’est son professeur Monsieur Lejeune qui l’a poussé à s’inscrire, décelant son « potentiel » ; ce dernier présente des jeunes à la CGB depuis 1982. « Je mentrainais depuis le début de lannée. En finale, je pense avoir bien réussi latelier didentification des fromages et le dressage de table sur lequel javais planché avec un expert arts de la table, Olivier Thepegnier », poursuit Charlotte Cooke, qui s’apprête à passer son baccalauréat en juin, avant de poursuivre en BTS tourisme. Nul doute qu’elle décrochera son examen.

 

Nathanael Haury, catégorie professionnels : « Cette victoire est un tremplin pour ma carrière »

Olivier Novelli, Nathanaël Haury et Frédéric Kaiser.

Et de trois ! Sur les cinq dernières années, l’Hôtel Le Bristol a fait trois podiums avec les première et deuxième places. Il faut dire que les candidats présentés sont plutôt bien entourés, avec cette année, le soutien de deux MOF maîtres d’hôtel, Frédéric Kaiser et Olivier Novelli. Le vainqueur est donc Nathanaël Haury, chef de rang au Café Antonia, rejoint par Alicia Poupeney, demi-chef de rang à Epicure. Le jeune homme de 26 ans est alsacien, et a un long parcours d’études : BEP, baccalauréat professionnel à Guebwiller, BTS à Illkirch, licence et master 1 et 2 à Vatel Lyon. « J’ai voulu diversifier mes formations, mes stages en entreprises dans tout type de restauration en France et à l’étranger pour élargir mon réseau et avoir un certain recul sur le secteur de l’hôtellerie-restauration. J’ai aussi varié les postes en hébergement, room-service, cuisine, salle, voire voiturier », indique Nathanaël Haury, tenue impeccable et élocution parfaite. Il a été poussé à s’inscrire par un ami, Kévin Mauban. Un concours qu’il connait bien, puisqu’il avait été candidat élève et avait terminé 5ème en finale nationale. Le jeune homme a besoin de challenge et a pour objectif professionnel d’être directeur de la restauration. Cette victoire est un titre de plus sur son curriculum vitae, déjà bien fourni pour son âge, et un « tremplin pour sa carrière », espère t-il. Un futur grand à suivre.


Copyright photos : Olivier Millerioux