Réélection de Philippe Faure-Brac à la tête de l’UDSF

L’UDSF, qui a soufflé ses 50 bougies, a réélu le président Philippe Faure-Brac pour un second mandat de trois ans avec une refonte du bureau. L’Association a également abordé ses actualités, comme le lancement d’une « team France UDSF » ou la réorganisation des concours. 


À l’occasion de son 50ème anniversaire, l’Union de la sommellerie française (UDSF), qui a symboliquement choisi l’Abbaye de Paul Bocuse à Collonges (69) comme lieu de « fête », a réuni 400 convives et partenaires pour son dîner de gala, le 6 juin. L’assemblée générale, qui se tient normalement en novembre, a été anticipée pour ce rassemblement et s’est tenue dans l’après-midi. Parmi les sujets prioritaires : la réélection du président et du bureau de l’UDSF. Seul candidat à sa succession, Philippe Faure-Brac a été réélu « à l’unanimité » et poursuit un second – et dernier ! – mandat de trois ans. Le bureau se voit évoluer ; il intègre Arnaud Fatôme (trésorier) et Frédéric Devautour (trésorier adjoint). Fabrice Sommier (secrétaire général) et Antoine Woerlé (secrétaire général adjoint) restent aux côtés du président. Même si l’association est très active, tant avec les partenaires que dans le nombre de membres (1 046 en juin 2019), Philippe Faure-Brac souhaite, à travers son deuxième mandat, dynamiser l’intégration de jeunes sommeliers, booster la formation, et développer l’image de la sommellerie française à l’international. « L’UDSF a des antennes dans 21 régions. Nous avons d’ores et déjà deux sollicitations pour nous rejoindre : La Réunion et La Caraïbe (Saint-Barth, notamment). Nous visons à fédérer davantage et élargir notre réseau hors de l’Hexagone », s’exclame Philippe Faure-Brac. Autre dossier mis sur table : les concours. Fabrice Sommier, qui, depuis 8 ans, était responsable des concours, a souhaité prendre du recul et a imaginé une formule qui responsabilise un membre de l’association par épreuve, sous la direction de Philippe Faure-Brac. Le sujet devrait être abordé plus longuement en juillet, mais Serge Dubsa déjà accepté de gérer le MOF sommellerie, et Bertrand Bijasson s’occupe du Master of Port (finale nationale les 20 et 21 octobre). Reste à savoir qui prendra la relève pour le Meilleur sommelier de France (novembre 2020) et du Meilleur jeune sommelier de France. Enfin, l’UDSF a lancé la « team France UDSF », sous la houlette d’Olivier Poussier. « Une équipe de 12 personnalités qui souhaite accompagner les lauréats français à poursuivre dans les concours internationaux. Ils seront suivis, comme l’a été David Biraud au dernier mondial, tant sur le plan humain que financier », poursuit le président réélu, décidemment engagé vers la jeunesse. Un film de 26 minutes sur le métier de sommelier est d’ailleurs en production, avec l’ambition d’être diffusé dans les collèges pour susciter des vocations.